Ce que j’utilise au quotidien

Bienvenue

Ici je vais vous lister au fur et à mesure, ce que nous utilisons au quotidien, en y mettant un lien direct que vous pourrez suivre.

N’hésitez pas à me faire part de vos suggestions et vos demandes!

La moustiquaire anti UV de poussette

Moustiquaire anti UV de poussette

Publicités

Et après ?

Je ne sais pas vraiment par où commencer, Yuna a 5 mois, et des questions se sont posées et se posent toujours…

La contraception

Bébé s’est longuement fait désirer, depuis la naissance d’Eloane, je n’avais plus de contraception, pourquoi?

Avant ce 21 avril 2010, j’étais comme beaucoup de femmes, je prenais la pilule, souvent micro dosée puisque j’allaitais !

Et puis ce jour, ce 21 avril, l’agitation se mêle à l’excitation, nous nous préparons pour une petite escapade, à la journée, pour la première fois, avec mes loulous de 3,5 ans et 10 mois, à la mer 🌊 , seule sans papa, qui est au travail, mais avec ma belle maman, et mes beaux frères.

Ayant une voiture 7 places, j’emmène tout le monde.

Il est 15h, on m’attend…

Je me dépêche, je change la couche de Nolan, 10 mois…

Et puis, une châtaigne, bébé allongé sur la table, je m’arrête et souffle, c’est bizarre, ça passe… je prends mon fils dans les bras, et commence à descendre les escaliers, puis une autre plus forte. Ça passe, je n’y prête pas plus attention que cela, ayant des règles parfois très douloureuses, je me dis simplement qu’elles débarquent, et puis voila.

J’installe bébé en voiture, puis une sensation d’avoir besoin d’aller aux toilettes m’envahit .

J’ai un peu honte de faire attendre tout le monde,  d’habitude je peux me retenir, mais pas là, ça me brûle, excusez moi…

Ce passage, je ne sais pas comment le décrire, alors je vais la faire courte, ça vient pas mais j’ai de plus en plus mal, j’ai chaud, et d’un coup, je me relève, sensation vive, douleur aiguë, coup de poignard!

J’ai les larmes aux yeux…

Je pense à mes bébés, qui m’attendent en voiture, à mes beaux frères et ma belle mère, qui doivent s’impatienter et se demander ce que je suis en train de faire.

Mais j’ai mal

Ça ne passe pas, ma belle mère remonte, me voit pâlotte, me donne deux spasfon.

Je m’assoie sur le canapé.

Ça ne passe toujours pas, au bout d’une demi heure , toujours dans ma honte et ayant de plus en plus mal, je peux à peine marcher, je demande à belle maman de m’emmener chez le médecin.

(Je précise que mes beaux frères ont descendu mes loulous de la voiture depuis belle lurette et qu’ils s’en occupent très bien en attendant)

En sortant du jardin, me voyant me tordre de douleur, belle maman décide de m’envoyer aux urgences , plutôt que d’aller au cabinet médical.

Ça s’est calmé 🤫

J’ai d’autant plus honte, c’est que rendu aux urgences, j’ai bien moins mal, la douleur aiguë s’est estompée, laissant place seulement à mes douleurs de règles classiques.

J’avais entre temps prévenu mon chéri qui bosse dans l’hôpital, il m’a donc rejoint.

Et là je pleure, mais de honte…

Le médecin me dit, que je suis certainement constipé.

La honte quoi!

Je regarde mon homme et l’infirmière, dépitée, et je lui dis, que je le sens mal, c’est pas normal, et là, chance pour moi entre guillemets, ( je dis ça car le doc me renvoyait chez moi avec paracetamol et spasfon) la douleur aiguë revient, le doc sur les conseils de l’infirmière, me fait faire une pds, et une analyse urinaire, pour écarter une pyelo.

Elle me demande si je suis enceinte !

Je réponds que c’est bien sûr impossible, étant sous pilule, mais le test urinaire qu’elle vient de me faire, prouve le contraire.

Je suis enceinte.

😮

Je regarde à nouveau mon homme, puis l’infirmière, qui elle est décomposée.

Elle avait tout de suite compris ce qu’il se passait, pas moi.

Je passe du rire aux larmes, bien sûr que l’on voulait un troisième, on commençait à en discuter avec mon chéri, mais on se donnait le temps, car mes garçons étaient bien speed à l’époque.

Pas maintenant, pas comme ça, pas surprise!

Mon homme me prend dans ses bras, me câline, me rassure, me soutient.

Les calmants font bien effet, je me pose, on se promène même dans l’hôpital, jusqu’au service du chéri, pour prendre un café avec ses collègues, en attendant les résultats de la pds.

Vers 18h30, on retourne en bas, aux urgences, et là le verdict tombe, les analyses ne sont pas bonnes, l’urgentiste décide un transfert en ambulance jusqu’aux urgences maternité.

Les trente minutes les plus longues de ma vie.

Je pars en ambulance, vers 19h30, je ne comprends pas ce qu’il se passe, on ne m’explique rien. Pourquoi j’ai mal???

Arrivée, je passe une echo, et là, la gynécologue va vite, et me dit,

« Je vous opère tout de suite, on a pas une minute à perdre! »

Hein? Quoi ? Pourquoi ? Et le bébé ? Qu’est ce qu’il se passe?

« Le bébé n’est pas au bon endroit mais continue de grandir »

« Et alors on ne peut pas le bouger? »

Oui je suis naïve, mais je me suis faite à l’idée d’accueillir un petit frère ou une petite sœur à mes loulous, pendant ces heures aux urgences…

On me prépare, jolis bas, joli kimono…

Mais je ne veux pas… c’est mon bébé, je pleure, mes émotions se mélangent…

La joie, la peur, l’angoisse, le rire, les larmes…

Et puis mes bébés, qui m’attendent…

Ma vie défile lorsque je l’enlève, cette bague , mon alliance… je la donne à mon chéri, les larmes aux yeux, et je lui dis, toute tremblante, « prends soin de mes bébés »

J’ai peur

Je n’arrive plus à écrire…

L’émotion est trop forte, même 8 ans après…

Je suis désolée

Je ne connaissais pas, je l’ai vécu, ça n’arrive pas qu’aux autres.

La grossesse extra-utérine

Édit : j’avais plusieurs symptômes qui auraient du m’interpeller plusieurs semaines avant, j’aurais du écouter mon corps, au lieu de ça, j’ai fait une hémorragie interne, j’étais à deux heures de la mort.

J’étais enceinte de 9 semaines d’aménorrhée.

Et maintenant, en ce 21 Août 2018, quelle contraception pour moi???